1450 Sainte-Croix (VD)
1998-2000
Maître de l’ouvrage: Centre de soins et de santé communautaire du Balcon du Jura – bâtiments A, C, F.

Transformation des Usines Thorens en logements protégés.

Collaborateurs: Didier Challand, Pierre Gerster, Timothée. Giorgis, Brigitte Robatel

Concours 1997, 1er prix

Les usines Thorens sont un ancien site industriel construit à l’entrée de Ste-Croix autour des années 1895, puis 1910 et 1925 en suivant le développement des fabrications de l’entreprise, boîte à musique, phonographe puis tourne-disque. Le site était désaffecté depuis une vingtaine d’années. Il a été acheté en 1997 par les associations de l’hôpital, du home et du maintien à domicile pour un programme comprenait des logements pour personnes âgées et des locaux pour l’administration et les soins à domicile, ainsi que des logements pour familles et pour étudiants.
Les transformations proposées ont fait réapparaître les six bâtiments construits selon le développement de l’entreprise Thorens.
La démolition des passerelles et des escaliers extérieurs, éléments d’une fonction disparue, a permis de clarifier les six volumes et de renforcer leur aspect caractéristique du développement industriel : les deux « maisons », les deux « châteaux », les deux « plots ».
Les bâtiments semblent très proches les uns des autres et se dévisagent. L’espace vide qui les sépare se remplit de regards et de mouvements.
La démolition des perrons d’entrée à mi-niveau, anciens quais de chargement, a permis l’accès de plain-pied aux maisons. Toutes les entrées s’ouvrent sur un espace central partagé par toutes les maisons qui semblent alors assises autour d’une place. Cette place minérale, largement ouverte sur la rue et les arbres environnants, reprend les niveaux existants en les reliant. Elle est le lieu des accès, des rencontres et des discussions.
Les fonctions principales du programme sont distribuées selon la situation, la physionomie et les dimensions de chaque bâtiment. Le logement protégé est accueilli dans les deux « maisons » les plus anciennes, A et C, au centre, bénéficiant ainsi d’une intégration maximale à l’ensemble. Les espaces collectifs dont le restaurant, la cuisine et les activités du centre de soin prévues à cet endroit s’imbriquent dans le « château » de 1914, bâtiment D situé sur l’avenue des Alpes, en réponse au caractère public de ces activités.
La transformation des bâtiments A, C et F pour accueillir les logements protégés, celle du bâtiment B pour les logements d’étudiants et celle du bâtiment D pour abriter les espaces à caractère public a permis de faire vivre la place.
Pour les maisons autour de la place, la composition des plans cherche à densifier leurs relations et leur liaison à l’ensemble. Les cages d’escaliers et leurs paliers de même que les parties collectives des logements, en particulier les cuisines, s’organisent systématiquement en couches orientées sur l’espace extérieur commun. Les parties plus privées du logement, les chambres, s’orientent, elles, sur l’extérieur du quartier, vers les arbres environnants.
Ce principe est repris pour les plans de la maison pour étudiants, qui prend place dans le bâtiment B, le « château » de 1915, situé sur l’avenue des Alpes mais un peu à l’écart des autres bâtiments. Il est porté en note 3 à l’inventaire des monuments historiques.
A chaque étage, les deux appartements communautaires de 5 chambres ont leurs parties collectives, la cage d’escalier avec l’ascenseur, et les cuisines séjours, orientées vers l’espace collectif de la place. Les chambres individuelles de 15 m2 et plus, sont orientées en couronne vers l’extérieur. Les deux appartements du rez sont accessibles aux personnes handicapées et comprennent 10 chambres  avec un W-C, une douche et un W-C douche aux normes handicapés.
Le bâtiment contient 40 chambres réparties en 8 appartements communautaires. Au sous-sol, éclairé naturellement coté rue, prennent place une salle de loisirs et un espace commun de lecture, ainsi que les caves des logements.
La position des logements des étudiants de l’ETSC dans le site des Alpes permet d’optimaliser l’efficience de certaines installations communes, en particulier la cuisine professionnelle avec les repas à domicile et le restaurant, l’épicerie de quartier et l’intendance générale du site.
Fin 2005, le dernier immeuble non réhabilité du site des Alpes – le 18 E – a été acquis par une PPE pour le transformer. Les quatre étages supérieurs en logements et atelier d’artiste, le rez devenant un garage à voitures et caves.
Le bâtiment a été épuré par la démolition d’annexes construites au cours des années ; une cage d’escalier extérieure en façade sud et un garage qui occupait la façade ouest du rez.
La réfection de l’enveloppe du bâtiment comprend celle de la toiture avec ferblanterie, étanchéité et isolation ainsi que la création d’une superstructure pour l’apport de lumière au dernier niveau. Elle comprend aussi d’une part celle de la façade avec le changement de toutes les fenêtres qui auront la même couleur rouge que les autres bâtiments, renforçant ainsi l’unité du site. D’autre part, le crépissage et la peinture des façades en jaune clair qui individualise ce bâtiment, cette couleur appartenant à la gamme qui avait été retenue pour l’ensemble du site.
A l’intérieur, la cage d’escalier et celle du monte-charge sont maintenues, le monte-charge étant remplacé par un ascenseur. Toutes les installations techniques sont neuves et il a été nécessaire de prévoir de nouvelles chapes et faux-plafonds pour des raisons phoniques entre les niveaux. Ceux-ci sont aménagés selon les besoins des copropriétaires en conservant toujours la spatialité et les grandes dimensions de l’ancien espace industriel entre les chambres orientées sur l’extérieur, disposées comme des maisons entre rues et places, des espaces de circulation et de séjour.

Maîtres d’ouvrage:
Centre de soins et de santé communautaire du balcon du Jura – Bâtiments A, C, D
Fondation du Balcon du Jura pour l’encadrement des élèves de l’Ecole des métiers de Sainte-Croix – Bâtiment B
Société immobilière « Les Alpes » -Bâtiment F
PPE privés – Bâtiment E

Publication:
– Aktuelle Wettbewerbsszene, 3/1998
– Werk, Bauen & Wohnen 5/2000

étage existant
étage transformé
rez transformé
façade existante
façade transformée
coupe existant
coupe transformé